Au cours des quatre dernières années, 31 attentats « à un stade avancé », ont été déjoués au Royaume-Uni. Il s’agissait « principalement de projets islamistes ».Au cours des quatre dernières années, 31 attentats « à un stade avancé », ont été déjoués au Royaume-Uni. Il s’agissait « principalement de projets islamistes ».

Au cours des quatre dernières années, 31 attentats « à un stade avancé », ont été déjoués au Royaume-Uni. Il s’agissait « principalement de projets islamistes ».

Le chef du renseignement intérieur britannique, Ken McCallum, a déclaré ce vendredi que la menace terroriste restait « réelle et durable » au Royaume-Uni et que la reprise de pouvoir des talibans en Afghanistan avait pu « enhardir » les extrémistes dans le pays.

Le patron du MI5 a déclaré à la BBC que son organisation avait, avec la collaboration de la police, « déjoué 31 projets d’attentats à un stade avancé en Grande-Bretagne » ces quatre dernières années avec « principalement des projets islamistes », mais aussi un « nombre croissant » de projets d’attaques venant de l’extrême-droite. Ken McCallum a ajouté que six projets d’attentats avaient été déjoués ces deux dernières années, qui couvrent la période de la pandémie de coronavirus.

« Donc, la menace terroriste pour le Royaume-Uni, je suis désolé de le dire, est une chose réelle et durable », a-t-il résumé, à la veille de la commémoration des vingt ans des attaques de l’organisation jihadiste Al-Qaïda contre le World Trade Center à New York, les attentats les plus meurtriers de l’Histoire.

Interrogé sur le retour des talibans au pouvoir en Afghanistan le mois dernier, le directeur général du MI5 a estimé que cela avait probablement « enhardi » les extrémistes. « Il ne fait aucun doute que les événements en Afghanistan auront encouragé et enhardi certains de ces extrémistes, et rester vigilant à ce genre de risque, ainsi qu’à d’autres menaces, est ce sur quoi mon organisation se concentre », a-t-il déclaré.

La menace terroriste ne change pas « du jour au lendemain », a-t-il estimé mais il peut y avoir un « coup de pouce au moral des extrémistes déjà présents ici ou dans d’autres pays ».