Alors que la journaliste américaine Hadley Gamble interrogeait le président russe sur l’augmentation des prix de l’énergie, Vladimir Poutine lui a répondu que « c’était une belle femme » mais qu’elle ne comprenait pas ce qu’il disait.Alors que la journaliste américaine Hadley Gamble interrogeait le président russe sur l’augmentation des prix de l’énergie, Vladimir Poutine lui a répondu que « c’était une belle femme » mais qu’elle ne comprenait pas ce qu’il disait.

Alors que la journaliste américaine Hadley Gamble interrogeait le président russe sur l’augmentation des prix de l’énergie, Vladimir Poutine lui a répondu que « c’était une belle femme » mais qu’elle ne comprenait pas ce qu’il disait.

C’est une nouvelle remarque sexiste lancée par Vladimir Poutine. A l’occasion d’un forum énergétique rassemblant les grands acteurs du secteur, le président russe a donné une interview à la journaliste américaine Hadley Gamble devant quelques dizaines de personnes, mercredi 13 octobre.

Correspondante pour la chaîne américaine CNBC à Abu Dhabi et habituée des interviews avec des personnalités politiques, Hadley Gamble a interrogé Vladimir Poutine sur l’exportation de gaz russe en Europe. Elle l’a notamment questionné sur d’éventuelles manoeuvres de la Russie pour accentuer la hausse des prix. Et la réponse ne s’est pas fait attendre.

« C’est une belle femme, elle est jolie, mais je lui dis une chose et elle me répond immédiatement l’inverse comme si elle n’avait pas entendu ce que je venais de lui dire », a lancé Vladimir Poutine en regardant l’assemblée.

Une remarque jugée sexiste à laquelle la journaliste a tout de suite répondu en assurant qu’elle avait entendu le président.

Au lendemain de cette interview, la journaliste a aussi découvert que le quotidien russe Kommersant a choisi de publier une photo de sa rencontre avec le président russe sur laquelle n’apparaissent que ses jambes. « Mon plus bel angle », a-t-elle ironisé sur les réseaux sociaux.

Et la journaliste ne s’est pas arrêtée là. Elle a aussi publié une photo d’un gâteau offert par ses amis sur lequel apparaît une photo de Vladimir Poutine et la citation « Trop belle ».

Ce n’est pas la première remarque sexiste entendue de la bouche de Vladimir Poutine. En 2014, celui-ci avait affirmé lors d’un voyage en France qu’il était « préférable de ne pas débattre avec les femmes ». En 2017, le président russe avait encore déclaré: « Je ne suis pas une femme, je n’ai pas de mauvais jours ».