Le pont aérien entre Kaboul et Paris s’est poursuivi dans la nuit de dimanche à lundi.Le pont aérien entre Kaboul et Paris s’est poursuivi dans la nuit de dimanche à lundi.

Le pont aérien entre Kaboul et Paris s’est poursuivi dans la nuit de dimanche à lundi.

Le pont aérien entre Kaboul et Paris s’est poursuivi dans la nuit de dimanche à lundi avec l’atterrissage d’un 7e vol transportant une « écrasante majorité d’Afghans » a indiqué ce lundi l’état-major des armées françaises.

Selon le colonel Pascal Ianni, porte-parole de l’EMA, l’appareil s’est posé vers 02h30 à Roissy avec 250 passagers, dont quelque 240 Afghans. Depuis la mise en place il y a une semaine de l’opération Apagan, lancée au lendemain de la prise de Kaboul par les talibans, la France a rapatrié via Abou Dhabi, aux Émirats arabes unis, un peu moins d’une centaine de Français et plus de 1.300 Afghans, a précisé le colonel Ianni.

Deux autres vols pourraient arriver à Paris dans la journée de lundi.

Les ministres français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, et des Armées, Florence Parly, se sont rendus en parallèle ce lundi aux Emirats arabes unis, où ils feront le point sur le dispositif français.

Les Afghans exfiltrés pourront effectuer une demande d’asile en France s’ils le souhaitent. Tous sont logés et nourris à leur arrivée, et pris en charge sur le plan sanitaire et administratif.

Paris souhaite aider à sortir du pays, outre ses ressortissants, les auxiliaires de l’armée française, les employés d’organisations françaises et des personnalités de la société civile ciblées par les talibans en raison de leurs engagements.