Démolition de commissariats : la nouvelle stratégie des bandits paniqués à l’arrivée de la force multinationale

0
86

Les dangereux criminels se regroupant sous le label “Viv Ansanm” ont entamé une campagne de démolition des commissariats de la zone métropolitaine de Port-au-Prince. Visiblement, ces bandits craignent l’arrivée de la force multinationale de soutien à la police nationale, et veulent éliminer les sites devant servir éventuellement de base aux officiers dans le cadre de la mission qui vise à les neutraliser.

Ayant pris d’assaut des institutions étatiques, notamment des commissariats de la zone métropolitaine, les bandits ont redoublé de cruauté depuis le 29 février dernier. Ils ont même provoqué l’évasion de plus de 3000 prisonniers. D’autres commissariats et sous-commissariats ont été incendiés, des matériels emportés et des policiers chassés.

Depuis la mise en branle de cette machine logistique pour le transport des matériels de combat au profit de la PNH, préparant ainsi l’arrivée de la mission multinationale, les bandits se livrent dans une opération de démolition de prison et des commissariats.

Entre vrendredi 17 et jeudi 23 mai 2023, plusieurs prisons et commissariats sont réduits en décombres. Le 18 mai, le jour du 221e anniversaire de la commémoration du drapeau haïtien, la bande à Lanmò San Jou a détruit la prison civile de la Croix-des-Bouquets à l’aide d’engins lourds. Les vidéos étaient devenues virales sur les réseaux sociaux.

Au niveau de la Plaine, les bandits ont démoli un Sous-commissariat établi à Corail Cesselesse. Le malfrats ne s’arrêtent pas depuis. Ils ont quasiment démoli le commissariat de Martissant, d’ailleurs qu’ils contrôlent depuis tantôt 3 ans.

Sous le regard impuissant de la PNH, ces bandits finiront peut-être par démolir tous les locaux abritant les commissariats et les sous-commissariats dans l’optique de donner du fil à retordre à la mission multinationale de soutien à la sécurité.

Dans la foulée, des membres de la société civile de l’Artibonite ont lancé un SOS aux autorités haïtiennes pour éviter une autre catastrophe. Il s’agit des informations relatives à la volonté des bandits de cette région qui entendent détruire le palais aux 365 portes car, selon eux, ce monument historique pourrait servir de base aux officiers de la mission multinationale.

Richarson Bigot
[email protected]

Leave a reply